Histoire

Date de publication : Jeudi, 4 Janvier 2024, dernière modification jeudi, 4 janvier 2024 par Narrgeois#65972ce2c6671

Version: 1

Temps de lecture: 4 min

Alors qu'elles venaient de sortir de cette dure épreuve, elles furent confrontées à un nouvel obstacle. Une falaise aux parois lisses et au gouffre sans fin, empli de ténèbres et de désespoir. Elles furent accablées. 

 

Alors, une voix grave et profonde s'éleva du précipice.

C'était les ténèbres qui leur parlaient et leur demandaient le sacrifice d'une pour les sauver toutes.

 

La plus petite mais au cœur le plus grand, se présenta en offrande.

Les autres tentèrent de l'en dissuader mais les ténèbres ne l'effrayaient pas. 

Par ce sacrifice, son cœur devenu pur ne craignait aucun obstacle.

Un pont apparu, qu'elles traversèrent la tête basse, abattues de perdre une amie aussi chère.

Mais la petite souriait, sereine, leur faisait signe de la main.

Son choix était juste et son cœur palpitant d'amour.

 

Une fois ses amies disparues, elle se tourna vers les ténèbres et leur cria bravement de se montrer, car elle ne les craignait pas.

La même voix grave et rocailleuse s'éleva à nouveau : 

 

<< Petite, tu as montré par le sacrifice de ton âme que ton cœur était pur et immaculé.

Pour cela, toi seule aura la vie sauve tandis que tes amies périront dans mes profondeurs. >>

 

Contre toute attente, la petite refusa.

 

<< Seigneur des Ténèbres, dit-elle, si mon cœur est pur, c'est parce qu'il est rempli de l'amour des gens et qu'il éblouit les  ténèbres alentour, qui ne peuvent l'atteindre sans être annihilées. Tuez-les et mon cœur, ayant perdu sa source de lumière, se noircira et les ténèbres l'envahiront, le glaçant à jamais.

Seigneur des Ténèbres, mon sacrifice n'a un sens que s'ils sauvent ceux que j'aime. >>

 

Mais les ténèbres ne connaissaient rien à l'amour et étaient sourdes à ce discours. 

La petite reprit alors :

 

<< Seigneur des Ténèbres, laissez-moi vous voir, et vous aider. >>

 

Mais cette requête effraya les ténèbres, qui reculèrent. 

 

<< Mon visage est empli de cauchemars et mon apparence plus sombre que la nuit noire, petite. Tu serais effrayée, tu t'enfuirais et ton cœur de bonté serait empli par la peur. >>

 

La petite cependant, ne ressentait aucune frayeur à ces mots. Elle répéta :

 

<< Laissez-moi vous voir. Laissez-moi vous aider. >>

 

Les ténèbres se rassemblèrent alors et le seigneur de la nuit apparut devant elle.

Il était sombre, sa tunique était plus noire qu'une nuit sans lune et il avait caché son visage de son capuchon, pour ne pas l'effrayer.

Mais la petite n'avait pas peur car son cœur était empli d'amour.

Elle répéta encore :

 

<< Laissez-moi vous voir. >>
 

Alors l'homme noir dévoila son visage. Un visage défiguré par les vices du monde. Un visage torturé, désespéré, à la mâchoire saillante, la peau grise de tracas et de chagrin. Et dans ses yeux sombres, la petite lisait des cauchemars. 

Elle comprit que le seigneur des ténèbres était prisonnier de tourments et de souffrance éternels.

Il serrait quelque chose dans ses mains. 

 

<< Que cachez-vous ? Lui demanda-t-elle.

  • Je serre mon cœur, car il est noir et glacé, et je voudrais le réchauffer. Mais mes mains sont gelées. >> 

 

D'un geste doux, elle écarte ses mains et saisit délicatement ce cœur minuscule, dur, noir. Il était si froid qu'en l'attrapant, ses doigts devinrent bleus et engourdis. 

Mais elle le garda dans ses mains pour le réchauffer. 

 

<< Pourquoi est-il si noir ? Demanda-t-elle aux ténèbres. 

  • C'est pour le protéger de la souffrance. >> 

 

[ Silence. ]

La petite regarda alors les ténèbres dans les yeux et leur raconta l'histoire de l'homme effrayé.

Cet homme, un jour, s'était perdu et s'était retrouvé dans une forêt. Cette forêt était luxuriante, et une rivière d'eau claire coulait entre ses arbres. Des fruits délicieux étaient suspendus aux branches et de nombreux animaux sauvages vivaient en harmonie.

Mais cet homme était effrayé et craignait que l'une des bêtes ne l'attaque un jour. 

C'est pourquoi il construisit un abri dont il ne sortit plus jamais. 

Aucune bête sauvage ne l'attaqua mais il ne put jamais avoir le bonheur de goûter un fruit mûr, de boire de l'eau claire, de se baigner dans une cascade magnifique, d'admirer un coucher de soleil et d'apprivoiser des chiens sauvages, pour faire d'eux des amis. 

 

<< Le Petit Prince a dit, continua la petite, "ce n'est pas parce qu'une épine vous a piquées qu'il faut haïr toutes les roses" et le Petit Prince était un grand homme. 

Voyez mon cœur. Il est rouge et énorme mais cela le rend fragile. Il a été blessé de nombreuses fois et a saigné. Mais il 

a toujours guéri. 

Si je l'avais emprisonné, il aurait continuer de saigner et de me faire mal. 

On souffre bien plus de la peur de la souffrance que de la souffrance elle-même. >>

 

Les ténèbres restèrent silencieuses. 

Un instant passa et la petite ajouta doucement :

 

<< J'ai réchauffé votre cœur, Seigneur des Ténèbres, mais seul vous pouvez le libérer de sa prison. >>

 

Les ténèbres saisirent le cœur et, après une hésitation, le libérèrent de ses chaînes. Un minuscule cœur rouge et palpitant apparut alors.

Les ténèbres, pour la première fois, sourirent. Et ce premier sourire donna lieu à un miracle. Son corps se transforma et sa peau retrouva sa blancheur passée. Ses sourcils se déridèrent et les cauchemars disparurent de ses yeux.

Le Seigneur des Ténèbres connut alors la joie de la vie, le bonheur d'aimer.

Cependant, la petite, en réchauffant le cœur gelé, lui avait donné toute sa chaleur et elle mourut. 


 

Feedbacks

Note: Vous devez créer un compte et être connecté pour laisser un feedback. Cliquez-ici pour vous inscrire.

Cliquez-ici pour laisser un feedback